blog.logout.fr Il est (vraiment) temps de faire une pause…

12Juil/083

Incassable

Incassable

Hier soir, j'ai eu l'occasion de revoir un film que j'avais vu lors de sa sortie en salle, en 2000 : Incassable, avec Bruce Willis et Samuel L. Jackson. À l'époque, j'avais 14 ans, et je crois bien que je n'avais absolument rien compris au film. D'ailleurs, je me souviens très bien que mes parents n'avaient pas apprécié non plus.

Et puis, au fil des années, je n'ai pas arrêté de me souvenir de moments clefs de ce film. À chaque fois que je me rappelais de quelque chose, je me disais que ce film était finalement assez brillant. J'ai donc décidé de le revoir 8 ans après et effectivement, on n'appréhende vraiment pas de la même façon les films à 14 ans qu'à 21 ans. Synospsis :

David Dunn (Bruce Willis), un banal gardien de sécurité de Philadelphie, est le seul survivant d'une catastrophe ferroviaire. À la grande surprise des autorités et des médias, l'homme s'en sort indemne, sans la moindre blessure ou traumatisme. Troublé par cet événement, Dunn entre dans une crise d'identité. Qui est-il? Pourquoi a-t-il survécu? C'est en quête de réponses qu'il rencontre son parfait opposé : Elijah Price (Samuel L. Jackson), un handicapé misanthrope frappé d'ostéogenèse imparfaite.

Ce film est brillant, parfaitement filmé, parfaitement orchestré, avec une bande son à vous donner la chair de poule (que j'écoute en ce moment même). Le film est à la fois très triste et vraiment porteur d'espoir, on assiste à la naissance d'un super héros "réaliste" et contemporain. Un héros malgré lui, qui a bien du mal à accepter sa nouvelle condition au beau milieu d'une vie qui part déjà totalement en vrille. Et puis, la façon dont le film est tourné, très sombre, très silencieux, avec une musique à donner la chair de poule. Bruce Willis a vraiment une sorte de classe dans ce film, la force tranquille, il inspire à la fois la crainte et la sympathie... C'est vraiment bien foutu. Je le conseille à tous ceux qui ne l'ont pas vu, où qui ne l'avaient pas apprécié à sa juste valeur lors de sa sortie.

Au final, le film s'insère directement dans mon top 10 des films que j'ai le plus appréciés de ma vie. Et ça, c'est pas courant. Voici deux extraits de la bande originale (mes deux pistes préférées) et une bande annonce :


23Mai/087

Indiana Jones 4

Indiana Jones and the Kingdom of the Crystal Skull

Je reviens du cinéma, je suis allé voir le dernier Indiana Jones, et comme je suis un super fan d'Indy sur tous supports confondus, je m'en vais de ce pas en faire la critique ici. Je vais essayer de ne rien révéler de l'histoire, qui est plutôt sympatique.

Indiana JonesAlors, pour donner un peu le ton, ça se passe réellement 19 ans plus tard. Le dernier Indiana Jones est sorti en 1989 (purée, déjà) et se déroulait en 1938, celui-ci sort en 2008 (19 ans plus tard) et se déroule en 1957 (19 ans plus tard). Autant dire que Harrison Ford a vieilli, aussi bien dans le film que dans la vraie vie. Mais attention, ce n'est pas un point faible. Les nazis n'étant plus d'actualité, ce sont désormais les soviétiques qui jouent les méchant. Au final ça revient au même, des gens méchants pas beaux, des ennemis des américains et du capitalisme, blah, blah, blah...

Autant vous le dire tout de suite, si vous avez aimé le troisième épisode (Indiana Jones et la Dernière Croisade) vous allez adorer le quatrième. Il s'inscrit totalement dans la lignée du troisième. Même rythme, même humour, mêmes relations familiales mais surtout même humour. Car franchement, c'est sûrement le Indiana Jones le plus drôle des quatre. Comme je le disais, Harrison Ford a vieilli, mais ça n'en devient pas une faiblesse pour autant. C'est même une des grandes forces du film, tout le monde sait que Harrison Ford a vieilli, et dans le film aussi ! Il n'arrête pas de se faire chambrer sur son âge ("t'as quel age, au moins 80 ans non ?"). Indy apparait un peu blasé, vieux roublard dépassé par son temps et par les jeunes, mais au final, il arrive encore à crever l'écran et impressioner la "nouvelle génération" d'aventuriers.

Henry Jones II et Henry Jones III

Le scénario est plutôt sympa, même si on peut se demander si certains passages n'auraient pas plutôt leur place dans X-Files que dans Indiana Jones. Cela étant dit, ça reste dans la même veine que le numéro 3, un peu d'histoire, un peu d'invention et un peu de science-fiction. Le film comporte également de très nombreux clins d'oeil aux trois premiers, et je vous conseille de les revoir avant de visionner le 4. On en apprend un peu plus sur certaines choses qui étaient restées en suspend à la fin de chacun des 3 premiers films. De plus, c'est vraiment super de voir que les réalisateurs ne se sont pas foutus de nous, en évitant de nous jouer la carte du "remake 20 ans après qui ne dois pas heurter le nouveau public qui n'a jamais vu Indiana Jones".

Pour moi, Indiana Jones et le Royaume du Crâne de Crystal vient se placer en deuxième position dans ma liste des Indiana Jones préférés, ce qui donne :

  1. Indiana Jones et la Dernière Croisade
  2. Indiana Jones et le Royaume du Crâne de Crystal
  3. Indiana Jones et le Temple Maudit
  4. Indiana Jones et les Aventuriers de l'Arche Perdue

J'ai longtemps hésité entre la position 3 et la 4 pour le Temple Maudit, mais je dois dire que la scène du chariot de la mine restera pour moi une scène culte à tout jamais. En conclusion, ce quatrième épisode est vraiment génial, et il ne faut pas se fier à ce que disent les critiques. Ce sont en majorité de vieux cons qui n'ont pas su évoluer et qui attendaient probablement un clône du premier, tout comme ils attendaient un clône du premier pour le 2 et le 3...
Ma note à moi, c'est 8.5/10.


Bande Annonce : Indiana jones 4 [Francais]

9Fév/082

Cloverfield, le grand mélange

Je reviens à l'instant du cinéma. Je suis allé voir Cloverfield, le fameux film produit par J.J. Abrams (le créateur de la série LOST) dont les trailers et informations ont été tenus le plus secret possible jusqu'à la sortie du film. En y allant, je ne connaissais rien du film, sauf ce que j'avais vu des trailers (donc rien), et je dois dire que je m'attendais à ce que j'ai vu.

Vous connaissez Godzilla ? Le remake américain (de 1998) des films japonais, dans lequel un dinosaure géant attaque New York. Vous connaissez le Projet Blair Witch ? Le film de 1999 entièrement filmé à la main et présenté tel quel (le film le plus rentable de l'histoire du cinéma, $35 000 de budget et $150 millions récoltés). Et vous connaissez Half-Life ? Le jeu-vidéo FPS le plus vendu de l'histoire sur PC. Et ben voilà... vous prenez ces trois là, vous les mélangez, et ça fait Cloverfield.

CloverfieldCloverfieldCloverfieldCloverfield

Recette : Vous prenez à Godzilla son ambiance de nuit oppressante et Manhattan. Puis vous prenez l'action entièrement filmée à la caméra à main de Blair Witch. Et vous ajoutez le héros inconnu et la narration passive de Half-Life et vous obtenez le bon dosage. Un film de monstre oppressant, filmé comme un documentaire par des inconnus qui ne savent absolument pas ce qui est train de se passer et qui essayent juste de sauver leur peau au milieu d'un gros foutoir. C'est comme un documentaire qui aurait été tourné pendant les évènements du film Godzilla.

C'est à la fois étrange et intéressant. Les plans sont très rapides, tout n'est pas filmé, la caméra tremble, tombe, se salit, se coupe... On ne voit jamais le monstre en entier dû au fait qu'il ne tient pas à l'écran avec le peu de recul qu'ont les gens qui fuient, tout est furtif et rien n'est expliqué. A vous de faire vos propres conclusions sur ce qui se passe, vous n'êtes qu'un spectateur des évènements, complètement dépassé par ce qui se passe.

CloverfieldCloverfieldCloverfieldCloverfield

En tout cas, moi je dis pari réussi. Le mystère entourant le film était justifié au regard du peu de choses qui s'y passent (ce n'est pas un point négatif) mais il reste tout de même un peu court (environ 1h30). Cloverfield fait ressentir de la peur, de la joie et de l'excitement. La façon dont il est filmé nous rapproche considérablement de l'action et des acteurs. On voit et entend ce qu'ils voient et entendent et on se sent intégré à leur groupe, comme si c'était nous qui filmions. Le film n'a pas non plus d'acteur connu volant la vedette, tout le monde est traité de façon égale. Donc ouais, pari réussi. Ce n'est peut-être pas le film de l'année, mais j'ai été agréablement surpris et entraîné par le petit groupe de survivants. 7/10.

11Jan/083

Da Vinci Buzz

The Da Vinci CodeA l'époque du buzz autour du roman de Dan Brown, le Da Vinci Code, je n'avais vraiment pas eu envie de m'embarquer dans toute cette folie commerciale. Quand le film est sorti, je ne suis pas non plus allé le voir, le sujet ne me disait décidément trop rien pour que je m'y intéresse... moi et la religion hein...
Et puis hier, j'ai terminé le lire le roman et j'ai enchaîné immédiatemment sur le film. Alors bon, je sais pertinemment que c'est un peu inutile de parler de ça alors que tout est sorti dans le commerce il y a des mois et que le buzz est passé, mais oh, ... je suis encore sur mon blog jusqu'à preuve du contraire.

Contrairement à Forteresse Digitale et Deception Point (les deux autres romans de Dan Brown que j'ai lus), le Da Vinci Code n'est pas si extraordinaire que tout le monde semblait le dire. J'ai trouvé l'histoire très intéressante, et le complot mondial de l'Église bien amené, toutefois, Deception Point reste pour moi le meilleur roman de Dan Brown pour le moment. Quand au film, j'ai été agréablement surpris de constater que les deux premiers tiers du film sont très fidèles au livre (même si un peu édulcorés) et désagréablement surpris de constater que le dernier tiers est un concentré de grand n'importe quoi, qui ne le respecte plus du tout (ou presque).

Ca reste un bon film, mais pas à la hauteur de tout ce qu'on a pu en dire il y a quelques mois. Cela dit, je dois avouer que contrairement au dernier Harry Potter, c'est une adaptation assez fidèle et réussie du bouquin. Tout ceux qui, comme moi ne s'étaient pas sentis attirés par cette histoire, je vous la conseille, mais à la lecture.

28Déc/075

Je suis une légende

Hier, je suis allé voir Je suis une légende au cinéma. Le dernier film avec Will Smith. Je n'ai pas trop le temps en ce moment d'écrire des romans, alors je vais juste vous dire : "allez le voir". C'est juste terrible, à des années lumières des super-productions américaines "de base". Pas d'effets spéciaux à outrance, pas de scénario compliqué ou chiant, pas de dizaines d'acteurs à intégrer, pas de happy-end à la con, rien de tout ça. A la place : du réalisme, de l'angoissant, de la solitude et un film surprenant et intrigant à la clef.

Si vous me lisez depuis un petit moment, vous savez sûrement ce que je pense des super-productions américaines : point trop n'en faut. Et pourtant, là c'est frais, original et on se laisse facilement prendre au jeu... enfin, quand je dis original... on ne va pas exagérer non plus, c'est un mélange étrange entre 28 Jours Plus Tard (l'infection), Silent Hill (l'apparition des monstres passé une certaine heure) et Robinson Crusoé (seul au monde). Ouais, ça fait bizarre comme mélange, je sais, et pourtant, ça marche. A aucun moment le film ne se perd dans des trucs inutiles, l'ambiance est pesante, on se demande même si Will Smith ne perdrait pas un peu la boule... bref, film génial en vue et à ne laisser passer sous aucun pretexte.

Bande annonce HD
Bande annonce qualité web :