blog.logout.fr Il est (vraiment) temps de faire une pause…

11Juil/088

Lost in incompétence

Il me semble que ça fait un petit moment que je n'avais pas râlé sur ce blog. De toute façon, je manque un peu de temps pour quoi que ce soit en ce moment. Mais en ce weekend de 3 jours, j'ai eu envie de balancer un peu sur mon école. Alors je sais, c'est moche de faire ça, et croyez moi, ce n'est pas amusant pour moi, mais quand quelque chose ne va vraiment pas, il faut que j'en parle.

Et croyez moi, je me suis retenu depuis toutes ces années, à ne jamais balancer sur rien et juste subir en fermant bien gentiment ma gueule. De toute façon, dans la vie, tout le monde s'attend à ce que vous fermiez votre gueule. Les gens qui l'ouvrent, ça leur retombe forcément sur le coin de la figure puisque, généralement, personne n'aime entendre la vérité quand elle vous dénigre.

Enfin bref, pour en revenir au sujet, mon école, elle est pas mal. Les programmes sont super intéressants, les locaux sont propres et bien tenus, les gens y sont relativement sympathiques, bien qu'un peu casaniers et coincés du cul, et c'est tout prêt de chez moi et de mon boulot. Seulement, au milieu de tout ça, il y a d'innombrables défauts qui viennent tout gâcher :

  • Une organisation générale assez pourrie.
    Avec des flottements d'emploi du temps, des cours fictifs et des dates fantômes, des plannings fournis une semaine après les rentrées, etc. Pour vous donner un ordre d'idée, certains ont leurs évaluations avant les cours sur le sujet, et généralement les devoirs se déroulent après les cours, à la fin de la journée. On n'a donc aucun temps de révision accordé, tout doit être assimilé immédiatement. Et si vous avez le culot de ne pas avoir compris, tant pis pour vous.
  • Une "culture étudiante" inexistante.
    Pas d'ambiance, pas de soirées, pas de convivialité, pas d'entre-aide, et même pas de filles en fait. Les associations sont cloisonnées par promotions, il n'y a aucun échange, pas de parrainage, et lorsque l'on tente d'organiser quelque chose (comme une partie de jeux-vidéo ou quoi que ce soit) généralement tout le monde est "OK", mais personne ne prend la peine de finalement se déplacer une fois que tout est organisé.
  • Une communication avec les entreprises déplorable.
    Nous sommes en alternance, les entreprises de la région sont le seul moyen de survie de l'école. Sans elles, pas d'apprentis et donc pas de formation. Et pourtant, l'école se permet de ne jamais les contacter, ou alors toujours trop tard. Elles ne sont pas mises au courant des changements d'emploi du temps, elles ne sont pas prévenues lors d'évènements et plus généralement, les contacts c'est uniquement quand l'école en a besoin. Elle se permet même de voler des semaines d'entreprise à droite à gauche sans prévenir à l'avance.
  • Un encadrement pédagogique relativement exécrable.
    Je suis tout à fait d'accord avec le fait qu'on ne peut pas toujours tomber sur des intervenants parfaitement qualifiés lors de nos cours ; mais quand cette proportion atteint des sommets jusqu'à plus de 80% des cours dispensés par des personnes à la pédagogie et/ou aux compétences inexistantes, il y a de quoi se poser des questions. La plupart des formateurs sont pistonnés et le fait de remplir des fiches d'évaluation (des cours) parfaitement négatives n'y change rien. Un formateur qui arrive en début de journée, balance son powerpoint miteux et "démerdez-vous", j'appelle ça un "connard payé à rien foutre", pas un formateur.
  • Des préférences évidentes pour certains groupes et pas d'autres.
    Par exemple, lorsqu'on nous a proposé un voyage en Inde tout frais payé, pour ensuite nous le retirer quelques jours après. "Vous comprenez, le voyage d'un autre groupe ayant été annulé, toutes les personnes de ce groupe sont prioritaires sur vous. Il n'y a donc plus de place." Mais bien sûr. Rajoutons à ça le fait que certaines personnes se payent le luxe d'être absentes un jour sur deux sans rien risquer alors que le simple fait de rater une demi-journée me vaut des convocations et remontrances de la part du responsable pédagogique. Et ça encore, c'est quand certaines personnes n'ont pas tout simplement 6 mois de plus pour rendre un devoir par rapport à d'autres.
  • Des évaluations totalement fantaisistes.
    Avec des devoirs sur des notions ultra-complexes, vues le jour même. Quand les devoirs ne sont pas tout simplement infaisables, il arrive qu'on trouve les corrigés sur Internet pendant le devoir, voire qu'il porte sur des notions que l'on n'a même pas vues. Rajoutons à cela le fait que les notes sont attribuées à la tête du client (noter une évaluation de 6h de Java juste en passant derrière la personne et en disant "mokay, ça semble bon", j'ai vu mieux) et rajoutons une petite couche de nivellement automatique des notes pour que personne n'ai de trop bonnes ou trop mauvaises notes, et on a le tiercé gagnant. Cela dit, pour juger de nos notes, il faudrait déjà qu'on les ait. Nous sommes bientôt en troisième année, et toujours pas de trace des notes de première année.
  • Une infrastructure informatique bancale à souhait.
    Avec des machines sous Unix dont personne ne connait les mots de passe ou des machines sous Windows inutilisables. La nécessité de posséder un ordinateur portable sans aucun financement de l'école. Un réseau local au sommet de la médiocrité, qui est régulièrement saturé ou inaccessible (pratique pour des cours d'informatique). Un réseau Internet pitoyable, blindé de proxy lents et de règles d'interdictions complètement loufoques (interdit de rechercher Screencast, IllegalAccessException, ou des articles sur Youtube mais pas sur le porno ni Google Video). Des administrateurs réseaux techniquement à la masse, qui ne savent même pas faire le lien entre une adresse IP et une adresse MAC sur leur réseau et appellent à la bonne foi des gens lors d'un problème pour qu'elles se dénoncent...
  • Et enfin, last but not least, une équipe administrative complètement à la masse, à des années lumières de la compétence minimum en droit d'être exigée par un centre de formation d'apprentis géré par une chambre de commerce. Communication inexistante, incompétences flagrantes, méconnaissance de l'informatique, retards en tout genre, menaces et sanctions dès qu'on ne va pas dans leur sens, mauvaise foi, coups bas, mensonges, etc. Une administration dans les règles de l'art, régie sur le principe du "s'il y a un problème, je balance le bordel ailleurs dans la hiérarchie et démerdez vous". Avec en prime certains éléments catapultés à leur poste sans aucune expérience voire aucune compétence et responsables de l'encadrement de 150 apprentis.

Forcément, ça fait tâche. Et lorsque vous vous payez le luxe de faire remarquer tous ces problèmes tout haut dans le but de faire réagir les gens, vous gagnez le droit de vous payer un avertissement au comportement en règle. Je le sais, c'est moi qui l'ai eu. Le premier de toute ma scolarité. Le genre de truc qui vous suit toute votre scolarité, jusqu'aux soutenances de mémoire et jusqu'en entreprise. Tout ça pour avoir dénoncé quelques problèmes internes.

Dernier coup en date, un changement de règles très sympathique de dernière minute. Avant, pour faire sa dernière année dans une école partenaire, il y avait une seule condition : avoir son TOIEC. Quelques jours après le choix des options, une nouvelle condition a fait son apparition, ne pas avoir plus de deux matières à rattraper (et dommage pour ceux qui en avaient deux ou plus et avaient mis un de ces choix en première option). Et dernièrement, une troisième condition a fait son apparition, après les entretiens et même après les résultats des entretiens pour l'année prochaine : ne pas avoir de note F.

Résultat : aux entretiens on vous dit "c'est parfait, vous correspondez parfaitement au profil recherché, on vous prend" et une semaine plus tard on reçoit une lettre "vous êtes refusé". Ca fait toujours plaisir de se casser le cul à remplir des dossiers, passer des entretiens et des concours tout en n'étant pas prévenu que, de toute façon, à la fin on ne sera pas retenu, même si on est premier (ce qui était mon cas).

Tout ça pour dire que certains ne se font vraiment pas chier, et que j'aimerais vraiment en faire plus pour leur pourrir leur business une fois sorti de cette école. N'importe quoi ferait l'affaire, une lettre ouverte sur Internet, une dénonciation à la chambre de commerce, un spam en règle, peu importe. Du moment qu'ils payent pour leur incompétence et pour avoir ruiné à la fois mes espoirs de voyage pédagogique, de double compétence, de double diplôme et de prestige du master en l'espace de 3 ans.

Bien sûr, je ne le ferai pas, c'est uniquement sur le coup de la colère, mais dieu sait que j'en rêve, et tant pis si ce billet m'apporte des ennuis, il me semble que je n'ai plus grand chose à y perdre au niveau où nous en sommes. Quand je pense que j'ai hésité à finir mes études à l'étranger, on est parfois très con dans la vie.

Remplis sous: Étudier, Râler Laisser un commentaire

Commentaires (8) Trackbacks (0)
  1. Cet article mérite un Ctrl+S en bonne et due forme.

    Le problème nico, reste que tu seras confronté à ce genre d’injustice durant une bonne partie de ta vie/carrière/whatevah…jusqu’à ce que tu fondes ta propre boite.

    comme dirait l’autre, c’est toi, et c’est maintenant.

  2. Techniquement parlant, pas vraiment. J’ai quand même la chance de bosser dans une entreprise où les gens sont tous plutôt compétents. On ne peut pas dire que ce soit quelque chose de très répandu, et je suis bien content d’en faire partie.

    Travailler avec des incompétents est la pire chose qui puisse nous arriver dans le monde professionel. Surtout quand les incompétents sont plus haut dans la hiérarchie. Donc de ce côté, je suis malheureux en école, mais heureux en entreprise, c’est déjà pas mal.

    Ce qui est triste, c’est qu’à la base je me disais « bon allez, je fais un BAC+5 pour les possibilités d’évolution de carrière, le salaire, la sécurité, tout ça, et tant mieux si je peux trouver une bonne école où ça sera agréable de passer 3 ans ». Maintenant je me suis fait à l’idée que je me suis trompé et tant pis pour moi. Je fais mes trois ans dans le silence et la morosité, et tant pis.

    Mais c’est vrai que c’est dommage.

  3. Et à côté de ça, il y a l’université, là où je suis, qui ont un service compétent entre administratifs et chercheurs, qui ont des locaux impeccables, des financements régionaux et nationaux pour des parcs informatiques complets, un réseau efficace et performant (grille de calcul oblige), l’ambiance est géniale et notre master vaut le coup.

    Les meilleures façades ne sont pas les meilleurs paris.

  4. @Marc :

    Faudrait quand même voir à ne pas géneraliser, la fac c’est pas si bien que ça, par exemple celle de Vannes : Une licence (informatique) donnée, la moitié des profs sont des gros glandus qui passent leur temps à faire des aller retours machine à café – salle de cours, une administration completement à la ramasse ( coup de telephone à toute notre promo il y a 2 semaines pour qu’on renvoie nos relevés de note de L3 car ils avaient oublié de compter une matière …), des cours qui sont là « parce qu’il faut bien 6 matières » ( cours d’IHM par exemple, des polycopiés qui ne servent à rien, le prof le disant lui même ‘c’est juste des images’, ou encore la gestion de projet avec un intervenant clairement incompétent : ‘utilisez cvs mais faites moi un dossier par version’ …).

    Un bon gros tier de la promo n’a clairement aquis aucune compétence et se retrouve pourtant avec un diplôme.

    D’un autre coté les associations étudiantes se bougent quand même, pour peu que l’on s’implique dans la vie étudiante un minimum 🙂

  5. Effectivement, il ne faut pas généraliser, j’ai donc bien choisi mon université. 😀

    [ Université de Sciences et Technologies de Lille ]

  6. En même temps, à la fac de Lille en info, il prenne n’importe qui pour faire des conférences.

    Je me souviens d’un pignolo-a-macbook, c’était navrant.

    Juan.

  7. Hélas, si ce n’est celle qu’à rapidement présenter marc (mais qui n’est pas en France). Il n’existe aucune formation viable.

    Sauf à très haut niveau ou tu as la chance d’avoir un des responsables ayant travaillé/conçu ce qu’il fait apprendre en formation. Mais ces formations sont également payantes, et loin d’êtres données.

    je retrouve nombre de points que tu évoques dans le parcours que j’ai fait ( absence des collègues, communication entre enseignants déplorables, contenue pédagogique nul sur 80 à 90% du corps enseignant, organisation bancale, devoir surveillé hors contexte, ou bardé de tricherie, note plus souple pour les allumeuses (38/40 avec une copie blanche); Des copies à réponses identiques et 14 points d’écarts, des groupes avec 48h de cours, d’autres avec 1 ou 2 journée(s) toutes les semaines. Et si tu as le malheur d’être en retard vis à vis de l’enseignant (même si le cours ne commence que dans 20min) tu as droit au conseil disciplinaire et tout autre faste, alors que l’amphi est remplis à auteur de 7% de la promo et qu’aucun des absents ou retardataire n’a de problème)

    Dans le genre, jamais bien la bonne blague du certificat médical. Absent au partiel, si il avait un certificat, la note (0) ne comptait pas. Et tous les absents allait chez un praticien, et demandait une ordonnance/certificat, pour la veille. Le praticien, ne voulant pas perdre une si bonne clientèle, les rédigeait sans état d’âme.

    Je pourrais en parler des heures et des heures. Je partage ton coups de gueule car ce n’est pas l’envie qui ma manquer d’aller botter les fesses de certains. Trop habituer à avoir toujours raison et être toute raison.

    Heureusement qu’il y à un ou deux enseignant qui sauve la mise, et quelques camarade qui rendent le calvaire un peu moins « chiant ».

    Seul problème, en France, on privilégié les diplômes en premier.

    Mais à regarder de plus prêt, qu’on soit en cours, ou dans la vie active. Il est bien malheureux de voir que c’est toujours ceux qui foutent la merde, triche et manipule qui ont tout à leurs pieds. Et que ceux qui trime, qui sont quelques peu moral on toute les énumères, et son traité comme des chiens.

    Va falloir que tu reprennes ton programme de la conquête du monde, là il y aura peut-être la possibilité de faire du ménage dans tous ça 😉

    Sinon, faut trouver un truc pour ce défoullé, car c’est pas prêt de changer et on est pas prêt de pouvoir y faire grand chose 🙁

  8. Et le silence se fait, je crois que tout est dit.


Leave a comment

Aucun trackbacks pour l'instant

À propos

Je suis Nicolas “NykO18” Grevet et ceci est mon blog personnel. J'y parle de tout et de rien et souvent, j'y râle. Toutes les opinions exposées sur ce site n'engagent que moi sauf en cas de mention contraire. Bonne visite.

Derniers articles

Derniers commentaires

Mes liens

Archives