blog.logout.fr Il est (vraiment) temps de faire une pause…

19Déc/071

Super Mario Galaxy, le test

Cela fait maintenant un petit moment que j'hésite avant de me lancer dans la rédaction d'un article-test sur Super Mario Galaxy. Pourquoi hésiter ? Parce qu'il y a énormément de choses à dire, et surtout parce que je n'ai pas encore réussi à finir le jeu à 100%, il me manque une malheureuse étoile ! Mais comme après des heures d'acharnement, cette dernière étoile est définitivement trop dure à obtenir pour moi, je me lance. En fait, j'ai quand même réussi à le finir, et donc c'est parti !
Par où commencer ? Il y a tellement de choses à dire.

C'est original, ça change, mais c'est gerbant, un peu.
Il faut avouer que, lorsqu'ils ont "game-designé" le concept du jeu, les mecs de Nintendo ont touché en plein dans le mille. C'est un style de gameplay que je n'avais encore jamais vu, ni dans un jeu Mario, ni dans tout autre jeu auquel j'ai pu jouer. Les mondes sont constitués d'une multitude de toutes petites planètes sur lesquelles on peut littéralement faire le tour et marcher sur les côtés ou sur le dessous. Carrément déstabilisant au début, on s'y fait vite, et on se surprend même à intégrer le calcul des effets d'attraction de la pesanteur dans nos trajectoires de sauts.
L'inconvénient de ce système, c'est que cela peut vite devenir très difficile à suivre, voire carrément vous donner le mal de mer dans certaines situation. La gravité change de haut en bas, on marche sur les murs, puis au plafond, les directions s'inversent, etc. Âmes sensibles, s'abstenir.

Le jeu est simple, mais pas trop quand même.
Tout comme la plupart des jeux Mario, le jeu est assez simple. On ne meurt que rarement et pourtant, dieu sait que les changements de gravité sont déstabilisants. Toutefois, attention... si obtenir les 80-90 premières étoiles est assez aisé, les 30-40 dernières sont carrément plus complexes à obtenir et on fini même par s'en arracher les cheveux et en jeter la manette au loin. Les 10 dernières sont même presque impossibles à obtenir. Pour vous donner un ordre d'idée, l'une des dernières étoiles du jeu m'a demandé environ 50 ou 60 vies (soit environ 10 ou 15 game-over). Obtenir toutes les étoiles m'a demandé environ 35h (comme toujours, à prendre avec des pincettes, car je suis un gros joueur).
On peut également rajouter à cela le fait que Mario ne dispose (comme dans Super Mario 64) que de 3 points de vies, mais contrairement à ce dernier, on ne peut pas en regagner en sautant dans l'eau ou autre. Seulement en ramassant des pièces (qui sont beaucoup plus rares qu'à l'accoutumée, une quarantaine par niveaux).

Le jeu est beau, pour de la Wii.
Clairement, c'est (pour moi et actuellement) le plus beau jeu de la Wii. L'animation est fluide, il n'y a aucun ralentissement et tout est assez bien détaillé et léché. On pourra cependant lui reprocher d'être un peu trop kawaii (mignon-gamin) et un peu trop simpliste au niveau du design. Je suis persuadé qu'il aurait été possible de détailler un peu plus les textures et les décors.

La musique est... raaah *bave*
Qu'on se le dise, The Legend of Zelda vient de trouver son maître. La totalité de la bande son de ce Super Mario Galaxy est orchestrale. Qu'est-ce que cela implique ? Que toutes les musiques sont jouées par un orchestre au complet et sont tout simplement magistrales et parfaitement adaptées aux différents contextes. Il fait froid ? L'orchestre sort les harpes et triangles. On se balade dans la lave ? Sortons les cuivres et les percussions. Un combat contre un boss ? Au tour des violons et des instruments à vent. La musique, c'est vraiment une part importante de l'immersion, et sur ce point, ils ont tout compris. Voici quelques extraits :



C'est varié et bien rythmé mais un peu trop guidé.
Contrairement aux anciens Mario comme Super Mario 64, où on vous lâchait dans un monde immense et vous laissait chercher les étoiles dans l'ordre que vous voulez, Super Mario Galaxy vous prive de ces libertés. Chaque monde est découpé en 6 étoiles distinctes et vous vous devez de les obtenir les unes après les autres dans l'ordre donné. Le monde ne s'ouvrira pas pour les étoiles que vous n'avez pas besoin d'atteindre. Il y a certes des choix possibles et des étoiles cachées, mais tout de même, c'est un peu frustrant. D'un autre côté, le design éclaté des niveaux (en plein de petites planètes) serait probablement un peu trop bizarre à visiter et à suivre.

Ca manque d'humour...
Clairement, le jeu se prend trop au sérieux et on verse doucement mais sûrement dans le gnian-gnian super chiant et un peu trop babacool. C'est gamin, c'est multicolore, c'est mignon, brillant et pailleté... spécial quoi. Heureusement que le jeu est excellent car Super Paper Mario a fait beaucoup mieux dans le genre dernièrement avec ses blagues douteuses et son humour noir.

Ca peut être vraiment, vraiment frustrant.
Quand je parlais de la difficulté un peu au dessus de la moyenne, je ne plaisantais pas. Mais alors vraiment pas. Essayez donc de ramasser les 100 pièces d'un niveau en restant bloqué sur une platforme qui se déplace, sur laquelle vous pouvez marcher dessus et dessous et qui ne revient pas sur ses pas (il est donc exclu de rater une seule pièce sous peine de tout recommencer). Essayez également de ramasser ces mêmes pièces dans un niveau ou le sol disparaît une fois qu'on a marché dessus et d'ensuite revenir sur vos pas depuis l'autre bout du niveau alors même que vous avez marché sur les trois quarts du sol. Ca m'a pris 3h.

La caméra a des ratés.
Dans un environnement où le sol n'est pas le sol et où le plafond et les murs peuvent se transformer en sol d'un moment à l'autre, je veux bien croire qu'il est difficile de programmer une caméra efficace. Celle de Super Mario Galaxy est relativement correcte, mais vraiment trop guidée. J'entend par là que, dans la grande majorité des situations, l'angle sera bloqué et il vous sera impossible de la remettre derrière vous pour vous aligner pour un saut. Il faudra donc souvent réussir ses sauts en diagonale ou sans même voir où l'on va. On comprend bien que c'est indispensable pour s'y retrouver avec toute cette gravité qui change, mais cela peut devenir méga-frustrant de temps en temps. Rater son saut pour la 5ème fois parce que la caméra ne daigne pas nous offrir un angle de vue correct est vraiment chiant.

Conclusion
"Un jeu qui reste classique, mais qui arrive à donner du sang neuf dans le domaine de la plate-forme. Beau, intuitif, et finement développé, les nouvelles aventures du plombier moustachu sont excellentes, un jeu a posséder à coup sur."

Ce n'est pas moi qui l'ai dit, mais ça résume parfaitement mon impression ! Et si vous avez la flemme de lire tout ce que j'ai écrit, le mec dans la vidéo suivante se chargera de vous le dire tout en y jouant (mais je suis pas fou, je ne préviens qu'à la fin :D). Ma note ? Difficile à dire, mais j'avais lu quelque part que ce jeu avait reçu la meilleure note jamais donnée à un jeu-vidéo de toute l'histoire (97.9/100) par l'ensemble de la presse spécialisée. Je pense donc que c'est suffisamment clair ainsi.

PS: Je ne le dis jamais, mais si vous avez eu l'occasion de tester ce jeu, laissez un petit commentaire pour me faire part de vos impressions. Je manque peut-être d'objectivité de temps à autre, alors des avis extérieurs sont les bienvenus.

Commentaires (1) Trackbacks (0)
  1. Après test (~40 étoiles), je suis du même avis, musique excellente, pas innovant pour un sou mais innovant quand même, un gameplay de malade avec toute la gestion de la gravité…
    Et certains niveaux (comme la « Larme ») sont totalement hallucinants vis-à-vis de l’utilisation de l’eau et de la gravité.
    Graphiquement impec, maniable si on excepte la caméra qui quelques fois n’est pas des mieux placée.

    À part, « achetez-le », pas grand chose à en dire.


Leave a comment

Aucun trackbacks pour l'instant