blog.logout.fr Il est (vraiment) temps de faire une pause…

30Sep/107

Canada, Top, Départ !

Je suis maintenant à 16 heures du départ pour le Canada, j'ai l'impression de ne plus rien posséder et d'être libre de partir. J'ai disséminé mes affaires aux quatre coins de la maison des parents, offert pas mal de choses et jeté le reste, je n'ai à priori plus aucun obstacle à mon départ, mis à part les problèmes de transport entre ici et l'aéroport et entre l'aéroport et le Canada... On va espérer qu'aucun volcan ne va entrer en éruption entre maintenant et mon départ.

Mon but serait de mettre à jour ce blog régulièrement pendant que je suis au Canada afin d'éviter d'avoir à relayer les news à mille personnes à chaque fois. Le téléphone entre là bas et ici va me coûter cher et je n'aurai probablement pas toujours Internet pour donner libre court à mon inspiration. Donc si vous cherchez un point de départ, que vous soyez de la famille proche, de la famille éloignée, des amis proches, des amis éloignés, des connaissances passées ou futures, vous avez trouvé le point de départ de mon voyage au Canada qui, je l'espère, se passera aussi bien que je le souhaite.

Je sais pertinemment que je vais rencontrer de grosses misères lors de mon installation là bas ainsi que probablement un paquet de désillusions, mais je pense pouvoir tenir le coup. Je sais pertinemment que je ne pars pas au pays des caribous mais au pays des castors et je me suis suffisamment renseigné sur la société et sa façon de fonctionner pour ne pas être complètement pris au dépourvu. Comme je dis toujours, le Québec ce n'est pas la France en Amérique, mais l'Amérique en français. Je sais que je ne suis pas au bout de mes surprises et c'est tant mieux. Si je pars c'est aussi parce que j'en ai assez vu en France pour croire qu'il existe quelque chose de mieux, de plus enrichissant, de plus décomplexé et de plus libéral.

Pour ceux qui auraient remarqué il y a quelques mois, sur Facebook mon « slogan » était passé à « Mon ancien motivator "Il est grand temps de faire une pause" n'aura jamais été aussi vrai ». Ce « motivator » était la devise de ce blog jusqu'en 2008. Il ironisait sur ma manie de toujours mener à bien dix mille projets à la fois et de ne jamais faire de pause pour décompresser. Maintenant vous savez pourquoi je pars, c'est finalement juste une vieille promesse faite à moi-même.

Tous les articles que je vais poster à propos du Canada se trouveront dans la rubrique du même nom. Vous pouvez donc mettre en favori cette page si vous ne souhaitez lire que mes histoire en rapport avec le Canada ou alors vous inscrire au flux RSS spécial Canada. Si vous souhaitez tout lire, il existe bien sûr un flux RSS permettant de recevoir toutes les mises à jour. Je ne vais pas faire un cours sur l'utilisation des flux RSS, allez voir ici plutôt.

Sur ce à bientôt j'espère et en avant pour de nouvelles aventures.
N'hésitez pas à laisser des commentaires, ça fait toujours plaisir et ça permet d'échanger à distance !

24Sep/102

La success-story Minecraft

En théorie, à l'heure qu'il est je devrais être en pleine folie du déménagement, je devrais ranger, nettoyer, empaqueter, entasser et ainsi de suite pour demain. Mais depuis quelques jours, quelque chose d'autre a décidé de silencieusement me dépouiller de mon large temps libre... et du temps libre, j'en ai un paquet depuis que j'ai démissionné. Cette chose s'appelle Minecraft et c'est un petit jeu indépendant, programmé par un seul mec : Markus Alexej Persson de son nom, Notch de son pseudo et suédois de sa nationalité. Le jeu est moche, il n'a aucun but précis et en plus, il est en plein développement et donc plein de bugs. Alors pourquoi est-ce que ce truc me vole mon temps libre ? Simplement parce que c'est addictif.

Quand je dis addictif, je pense un peu aux gens qui jouent à World of Warcraft non pas parce qu'ils aiment le jeu, mais parce qu'ils veulent gagner toujours plus d'expérience, toujours plus d'objets, toujours plus d'argent et ainsi de suite. Une sorte de trouble obsessionnel du comportement qui se manifeste parfois quand on tombe face à un jeu qui nous propose un monde ouvert sans réel but final à atteindre. Et c'est exactement ce qui est en train de se produire avec moi et Minecraft, même si je suis quand même encore capable de m'arrêter quand je le veux heureusement.

Un paysage sous Minecraft

Minecraft c'est un genre de jeu qui n'est pas vraiment répertorié, c'est un RPG/Survival Horror/Boîte de Lego. Le jeu nous propose d'incarner un personnage, perdu au milieu d'un monde désert qui s'auto-génère plus ou moins jusqu'à l'infini tout le temps qu'on essaye d'en découvrir plus. On peut donc marcher des heures, gravir des montagnes et traverser des océans sans jamais rencontrer de barrière. Il est dit que la génération est uniquement basée sur l'adressage 32 bits des ordinateurs, ce qui porte la surface de jeu à plusieurs fois la surface de la Terre. Mais le plus excitant dans l'histoire, c'est que tout est destructible et re-constructible à volonté. Vous pouvez creuser des trous dans le sol et les murs, vous pouvez abattre des arbres, vous pouvez vider l'océan si ça vous chante tout comme vous pouvez creuser une carrière de 100 mètres de profondeur, construire une tour jusqu'au ciel ou un château fort couvrant la taille d'un pays, il n'y a de limite que la hauteur des nuages, la profondeur de la croûte terrestre (trop dure à forer) et votre imagination. C'est la partie « Mine » de « Minecraft » où la majeure partie du jeu consiste à creuser pour trouver de la roche, du sable, du gravier, du charbon, du fer, de l'or, des diamants et autres matières premières servant à construire tout ce que l'on souhaite.

Une ville dans Minecraft

La seconde partie du jeu se résume à la partie « Craft » de « Minecraft » qui consiste à transformer les ressources extraites du sol en autre chose. Transformer le bois en planches, puis en portes ou en échelles... transformer le fer en acier puis en outils pour creuser plus efficacement... transformer le sable en verre après l'avoir chauffé grâce à un fourneau construit avec la pierre et alimenté par le charbon extraits du sol, et ainsi de suite. Il n'y a pas réellement de but à atteindre, le seul but est de donner vie à vos constructions les plus folles et pour cela il faut s'en donner les moyens en respectant toute la chaîne de production classique du monde réel. Il faut planter et abattre des forêts pour récupérer du bois, il faut creuser des carrières pour récupérer du gravier, de la terre et de la roche, il faut draguer l'océan pour récupérer du sable et de l'eau pour irriguer les plantations qui serviront à produire la nourriture nécessaire à la survie pendant les explorations souterraines et le creusement de mines dont le but principal est de trouver des matériaux et du minerai toujours plus précieux et plus durable.

Une caverne naturelle que j'ai commencé à aménager

Il y a ensuite la partie dont je n'ai pas encore parlé, c'est la partie « Survival Horror » de la description. Parce que ramasser des fleurs, couper du bois, massacrer des animaux et planter des champs de blé, c'est bien, mais le jour seulement. Une fois que la nuit tombe, ça en est terminé. Toutes les nuits, des monstres apparaissent à l'extérieur et vous massacrent en seulement quelques coups, et tout ce que vous pouvez faire pour survivre c'est de construire des défenses, des armures et des refuges. Que votre refuge soit un trou de 2 mètres sur 2 creusé à flanc de falaise ou un complexe futuriste de 5000 m² construit en diamant avec des cascades de lave et des cultures en intérieur ne regarde que vous. Mais attention, même si se terrer sous terre peut sembler être une bonne idée, les souterrains regorgent de sombres cavernes infestées de monstres et il vous faudra créer un déluge de lumière pour éviter qu'ils ne reviennent après les avoir chassés.

Vous pouvez également vous crafter des armes comme une épée, des explosifs ou un arc et des flèches, mais il y a un revers à cela. L'épée est utile uniquement contre un ou deux monstres qui attaquent uniquement au corps à corps et il est affreusement couteux de construire des flèches et des explosifs. Pour les flèches il faut des silex et des plumes assez rares, ainsi que du bois que l'on préfère utiliser pour construire des torches ou des outils. Pour les explosifs c'est pire, il faut du sable et de la poudre à canon obtenue uniquement en tuant des ennemis, c'est donc un peu contre-productif car il faut plus de poudre à canon pour en fabriquer qu'on en récupère en tuant.

La nuit est dangeureuse dans Minecraft

Enfin bref, le jeu est addictif et il est en constante évolution avec une mise à jour presque tous les vendredis. Tout le temps que le jeu est au stade d'alpha il reste à un prix de 9.95 €, prix que le développeur compte bien faire augmenter dès que le jeu passera en bêta puis en final. On garde toutefois tous les avantages à vie à partir du moment où on l'achète dès maintenant en alpha. Récemment le jeu a reçu une couverture médiatique gigantesque au point que les serveurs du mec sont tombés pendant un weekend entier. Il en a vraisemblablement vendu 223 756 exemplaire et il en vend encore 10 000 par jour à l'heure ou j'écris cet article. Ce qui représente la coquette somme de plus de 2 millions d'euros de bénéfices. Pour un petit jeu en Java programmé sur son temps libre, c'est pas trop mal.

Si vous voulez vous faire une idée par vous même, il existe un Salon Youtube composé de 45 épisodes retraçant l'évolution d'un joueur de Minecraft depuis sa première partie jusqu'à l'apogée de son empire et réseau de tunnels et constructions. À consulter ici, c'est assez drôle à regarder si on comprend l'anglais. Il y a également un mode de jeu hors-ligne gratuit quand on le télécharge légalement sans avoir payé, mais je crois que ça ne permet pas d'avoir le mode Survival et le multijoueurs qui sont probablement les plus intéressants. On peut même directement y jouer dans un navigateur Internet ici, mais ces versions ne contiennent pas toutes les fonctionnalités.

PS: On peut installer des packs de textures pour rendre le jeu un peu plus beau et c'est ce que j'ai fait immédiatement après l'avoir acheté. Celui que j'utilise, le Dokus' RPG Texture Pack change vraiment l'ambiance et rend les choses un peu plus photo-réalistes et plus lugubres. Voilà un avant/après pour voir un peu ce que ça donne, de loin ce n'est pas très visible mais en réalité les textures sont deux fois plus fines (ce qui est toujours relativement laid).

Mon donjon avec le pack de textures de base

Mon donjon avec le Dokus' RPG Texture Pack

5Sep/102

Deux ans plus tard…

On se rend pas toujours bien compte à quel point le temps passe vite, et puis parfois, si.
Quand j'ai décidé de relancer ce blog, de tout réimporter depuis Blogger et de tout reconstruire avec un WordPress, je me suis amusé à relire vite fait tout ce que j'ai pu poster durant les deux années durant lesquelles j'avais alimenté le blog. C'est dingue ce que j'ai pu râler pendant ces deux ans, j'ai eu l'impression de mettre tous les articles dans la catégorie « Râler ». C'est dingue aussi de voir à quel point tout a changé dans ma vie. Concrètement, qu'est-ce qui s'est passé depuis mon dernier article où j'annonçais la sortie de mon gros projet Portal: Prelude ? Trois fois rien...

Portal: Prelude J'ai accouché du projet de modification de jeu-vidéo le plus médiatisé de l'histoire (je crois) sous le nom de Portal: Prelude. J'ai été interviewé, critiqué, blâmé, félicité, adoré (sans rire) des milliers de fois sur la moitié des sites spécialisés d'Internet. Le jeu a été téléchargé plus d'un million de fois et également joint à un paquet de magazines de jeux-vidéos en Russie, au Brésil, en France, aux États-Unis, au Royaume-Uni et en Allemagne. J'ai arrêté de vivre pendant 6 mois et ai été approché par de prestigieuses entreprises œuvrant dans le jeu-vidéo.
I Hate Mountains J'ai ensuite lancé le deuxième plus gros projet de ma vie (parce qu'on n'en a jamais assez) sous le nom de I Hate Mountains avec deux amis qui se reconnaîtront. Une campagne additionnelle complète et gratuite pour le jeu-vidéo Left 4 Dead. Le projet est sorti en juin de cette année 2010 après 16 mois de hauts et de bas dans un grand fracas et une hystérie médiatique digne de Portal: Prelude. Déjà téléchargé plus de 200 000 fois en trois mois et probablement beaucoup plus une fois la version Left 4 Dead 2 complétée.
Business & études Accessoirement, j'ai terminé mes études, remporté deux Masters au passage et suis passé par la case « CDI bien payé » pendant un an avant de démissionner. J'ai eu l'occasion d'acquérir des compétences exceptionnelles grâce à mon employeur qui m'a permis de travailler sur des projets largement hors de portée pour un jeune diplômé classique.
Roadtrip Islande J'ai failli voyager aux États-Unis, ai goûté aux joies des assurances voyages pour finalement partir en Islande, le plus beau voyage de toute ma vie, au contact d'un peuple disposant d'une culture riche et d'une bienveillance impensable pour nous, français de base. Sans parler des paysages à couper le souffle et d'une qualité de vie qui fait rêver (si on aime bosser).
Curriculum Vitae J'ai refait mon CV et ai été démarché un bon millier de fois pour toutes sortes de postes allant du « grouillot qui sert à tout » jusqu'à des postes d'architecte système dans les banques et assurances. Je ne me fais pas trop de soucis pour mon avenir puisque j'ai également réussi à devenir complètement bilingue. J'appelle « complètement bilingue » le fait de pouvoir répondre à une interview orale en anglais et regarder des films en VO sans sous-titres sans soucis, grande avancée depuis deux ans sur ce plan.
Canada Ah et aussi, je me casse de la France en octobre prochain. Marre de la mentalité, marre du climat social, marre du gouvernement, marre des paysages de béton de Paris, marre d'un peu tout quoi. Je me casse au Canada pour un an dans le cadre d'un programme de Working Holiday Visa. Je n'y trouverai peut-être pas exactement ce que je cherche, mais il y a de grandes chances que j'y trouve toujours beaucoup plus qu'en France à moindre frais.

Sinon à part ça, rien de spécial.
Une nouvelle catégorie « Canada » va donc prochainement faire son apparition, ainsi que probablement « Photographie » puisque je me suis épris de cet art à titre d'amateur durant mon voyage en Islande l'année dernière. J'espère bien recommencer à râler sur tout et rien en permanence puisqu'il parait qu'au Canada ce genre de chose est mal vu dans la vraie vie... Allez, c'est reparti pour deux ans (espérons).

15Sep/0810

Portal: Prelude

Et voilà, la machine marketing est en marche.
Bande annonce et adresse du site postés sur une quarantaine de sites internationaux. Il ne reste plus qu'à attendre quelques avis et prier pour que la réception soit bonne ! Je dois dire que j'ai rarement été aussi anxieux.

14Sep/085

Post-processing en cours

Non non non, je ne suis pas mort. C'est juste qu'en ce moment, je me prépare enfin à la sortie de mon jeu-vidéo basé sur Portal. Voici les tâches principales du développement, en gris celles qui sont déjà terminées, en noir celles qui restent à faire et entre parenthèse le temps approximatif que cela représente sur la globalité du projet :

  • Réalisation du jeu en lui même (85%)
    • Salles de test 0 à 19
    • Behind The Scenes
    • Scénario et mise en scène
    • Enregistrement des voix
    • Enregistrement de commentaires développeur
    • Réalisation des interfaces et menus
    • Niveaux bonus/challenges
    • Compilations finales
    • Tests finaux
  • Réalisation d'un site Internet (8%)
    • Blog/news
    • Sections about/team/faq/howto/etc.
    • Sections images/wallpapers/BO/vidéo/etc.
    • Forum
    • Flux RSS
  • Réalisation d'un trailer vidéo (5%)
    • Enregistrement des séquences de base
    • Montage
    • Effets vidéo
    • Rendu et encodage
    • Mise en ligne sur tous les sites de vidéo
    • Révélation du nom du jeu, du site Internet et de l'histoire
  • Sortie du jeu (2%)
    • Réalisation d'un installer et d'une version zip
    • Recherche de miroirs de téléchargement
    • Mise en ligne sur au moins 10 sites miroirs
    • Mise en place d'un torrent
    • Publicité massive sur tous les sites et forums en relation

En conclusion, on arrive vraiment à la fin. Je table pour une sortie du trailer cette semaine, en même temps que les tests finaux, et je sors le tout une semaine ou deux plus tard. Je suis tout excité !